Le jugement

novembre 15, 2017

Le jugement

Le jugement

Que se passe-t-il lorsque nous sommes confronté à une situation qui chatouille nos valeurs, nos croyances et même notre estime personnelle? Nous avons le choix de porter un jugement, de tolérer la situation, de l’accepter ou de transformer le tout en positif!

Bien qu’en général, les gens n’aiment pas se faire juger par les autres, bien rares sont ceux qui ne jugent pas les autres et pire encore, très peu ne se jugent pas eux-mêmes! Combien de fois ai-je entendu des personnes me dire qu’elles ne s’aiment pas, qu’elles ne sont pas compétentes, qu’elles n’aiment pas leur physique, etc. Se juger soi-même, c’est oublier qui nous sommes réellement, que nous ne sommes pas notre corps, que nous ne sommes pas notre esprit et que nous ne sommes pas nos émotions; nous sommes des êtres bien au-dessus de tout ça!

Lorsqu’on juge quelqu’un, c’est qu’on le compare à ce que l’on croit être bon, à ce que nos croyances nous dictent et à ce que nos valeurs nous enseignent. Pourtant, qui dit que nos croyances ou nos valeurs sont meilleures que celles de l’autre? Quelqu’un qui fait un rot à la table est perçu comme impoli ici, et pourtant, dans certains pays arabes et en Asie, le rot peut signifier que vous avez apprécié le repas. On dit alors que c’est culturel!

Dans un tel cas, nous devons faire preuve de tolérance, c’est-à-dire accepter la situation même si nous ne poserions pas le même geste nous-même, par respect pour les autres. Nous avons de grandes leçons à tirer des expériences qui nous dérangent!

Qu’est-ce que je fais lorsque je juge? Peut-être que j’essaie de me grandir face à l’autre. Peut-être que je crois que je suis meilleur que l’autre. Peut-être en ai-je peur? J’envoie une énergie négative vers l’autre personne et encore pire si je parle de quelqu’un à une autre personne; c’est une vraie pollution par des pensées négatives.

Lorsqu’un jugement envahit notre esprit, demandons-nous quelle est la source de ce jugement. D’où vient-il? Quelle est notre intention en l’exprimant? N’oublions jamais que lorsque nous pointons notre index vers quelqu’un pour le juger, parler de lui ou l’accuser, les quatre autres doigts pointent vers nous-même et nous nous faisons encore plus de tort qu’à l’autre.

Voici ma suggestion pour contrer le jugement :

Aussitôt que votre mental commence à juger, faites un reflet, c'est-à-dire demandez-vous qu’est-ce qui, dans le comportement ou dans l’allure de l’autre, vous dérange, et posez-vous la question suivante : " Dans ma vie, y a-t-il des moments où, moi aussi, je fais subir quelque chose de semblable à d’autres personnes? "

Par exemple, vous jugez une femme qui crie après ses enfants. Vous avez le goût de regarder une autre personne à côté de vous et de faire une face bizarre afin de chercher un complice dans votre jugement!

Au lieu de cela, demandez-vous " Est-ce que je perds patience, moi aussi, parfois? Est-ce que je déborde et laisse aller mes émotions, parfois? " Ensuite, remerciez intérieurement cette femme de vous avoir donné un exemple pour que vous puissiez devenir une meilleure personne, plus patiente dans la vie.

Un grand personnage a dit il y a bien longtemps : « Que celui qui n’a jamais péché lance la première pierre ».

Bonne réflexion!

Rêvez, soyez dans l'action, ayez foi dans la vie tout en étant dans l'énergie du cœur!
Robert Vézina Conseil
Coaching / Conférence / Formation
Coach professionnel certifié

514-436-2864
www.rvezina.com





Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.